Inédit: les pièces jointes du courriel d’invectives de papitibi à Patrick Lagacé révélées pour la première fois.

Ces pièces jointes sont longues de 7 pages. Nous n’en révélerons que le début à la fin, pure question de prouver que nous somme en leur possession. En effet, ce blogue a plus de classe que papitibi, prédateur sans conscience a l’habitude de révéler au grand public le contenu des courriels qu’on lui adresse.  Ce manque de classe n’est sans doute pas étranger au fait que papitibi (Pierre Lavallée de McWatters et de Rouyn-Noranda) soit radié du barreau et rayé du blogue de l’édito de cyberpresse.

Le début des pièces jointes se lit ainsi:

“Bonjour Patrick. Tu as manqué à l’éthique professionnelle :
a) En faisant de Papitibi un sujet de discussion, dans lequel tu l’as exposé à des commentaires haineux
b) En laissant passer de tels propos abjects sur son compte
c) En refusant de publier sa réplique aux propos haineux que JAMAIS tu n’aurais-du laisser passer, et ce, malgré l’invitation que tu m’avais lancée de te le réacheminer pour une sixième fois; 24 heures plus tard, tu le niaises encore, et ce texte n’a toujours pas été publié
d) Par le contenu d’un commentaire que tu as signé à l’intention du contributeur Fernand-Dell.

On se contera pas d’histoires, tes modérateurs et toi-même, vous en avez échappé quelques unes qui sentent vraiment la mouffette. Aucune erreur possible, à moins d’éprouver un sérieux problème de congestion nasale ou… cérébrale. Aujourd’hui, vous êtes « poignés » avec les boulettes. Hon! Mais comme c’est ton nom qu’on voit, bin, c’est à toi de t’organiser pour que ça marche. “

Mais ça marche pas. Faque… Faque il va falloir trouver une solution.”

La fin des pièces jointes se lit ainsi:

“ Ces conséquences, peu importe si Patrick Lagacé avait eu la sagacité de les prévoir, ou si, au contraire, il avait été à ce point insouciant et négligent qu’il ne les avait pas prévues. Ces conséquences, pour peu que preuve en soit présentée, le Conseil devra en tenir compte, et Lagacé devra alors assumer sa bêtise. “

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *